Laurence Marthouret


Laurence Marthouret a été formée initialement aux Rencontres Internationales de Danse Contemporaine de Paris et ensuite auprès de différents grands interprètes et maîtres comme Meg Harper, Dominique Bagouet, Hans Züllig, Ushio Amagatzu, Irène Ultman, Greg Lara et Shelley Senter.
Elle étudie la technique d’analyse du mouvement Laban-Bartenieff auprès de Marie-Christine Gheorghiu, pour laquelle elle a dansé pendant plusieurs années. Pour approfondir cette démarche et se forger un outil de composition chorégraphique, elle suit des études d’Analyse du Mouvement et de Notation Laban au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris avec Jacqueline Challet- Hass, puis le cursus de composition chorégraphique de Susan Buirge au Centre de Recherche et Composition Chorégraphique de l’Abbaye de Royaumont.
Pour compléter sa formation, elle débute en 2004 une formation de médecine chinoise, technique de massage et pratique du Dao yin, approche corporelle chinoise ancestrale.

En 1999 elle débute une série de solo où elle explore limites et contraintes qu’elle se fixe en privilégiant dans chaque projets une collaboration avec un autre artiste. Elle élabore différentes formes d’écriture et de rapport possible entre la danse, la musique et l’image. Quatre solos ont été créés : No Step, Trans, Walk et Monade; Meltem va être créé le 6 mai 2015 à Marseille au "Festival les Musiques".

Elle travaille de 1999 à 2001 comme interprète et assistante à l’informatique, pour Myriam Gourfink, avec laquelle elle élabore, avec l’informaticien F.Voisin, un logiciel de composition chorégraphique « LOL » à partir de l’analyse fonctionnelle du mouvement dansé du système Laban. Elle participe à plusieurs créations : Überengelheit, Taire, Demonology #5, l’Ecarlate.

En 2001 elle intègre, en tant que chercheur associé, l’ACI Jeunes Chercheurs-Espaces Sonores, Centre de recherche en Informatique et Création Musicale (CICM) de l’Université Paris VIII (Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord) pour y développer un travail de recherche avec Anne Sedes (compositeur) sur les interfaces danse-son. Elle s’intéresse aux nouvelles technologies comme outils permettant d’ouvrir de nouveaux champs d’expérimentation et lui permettant toujours d’approfondir sa réflexion sur le rapport entre écriture musicale et écriture chorégraphique.  Elle créée quatre pièces interactives fruits de cette recherche : "Proposition I," pièce essentiellement expérimentale  donnée une seule fois pour les Séances d’écoute du Métafort à Aubervilliers, puis "Proposition II" créée pour la Villette Numérique 2002 à la Cité des Sciences et de l’Industrie dans le cadre de l’exposition Digit@rt, "Espaces Sensibles" maquette présentée au Palais de Tokyo en janvier 2005 puis   créée au Cube-Art 3000 en octobre 2005 et "Monade" créée au Cube en 2008 (Centre de création numérique) et donnée ensuite dans des festivals de renom: Musica (Strasbourg), Manca (CIRM- Nice), Musica Electronica Nova ( Wroclaw).  
Sa démarche est analytique - nourrie de ses études et recherches sur le corps – elle confronte différentes formes d’écritures et processus de composition.

 

 

Elle développe un univers particulier et sensible, organique et technologique. En parallèle elle réalise deux films expérimentaux (Trans-2000, Origine-2013) où elle immerge le corps dans un environnement spécifique où l’environnement devient le partenaire du danseur. c'est une réflexion sur l’importance de l’environnement dans la vie comme dans l’acte de création.  

                   

Le travail de la compagnie a été soutenu par Le Centre National de la Danse, le Conseil Général de Seine et Marne, Act’art, l’Afaa, Le Cube art3000, la Scène Quai Est, Le Dicream (CNC), l’Adami, la Spedidam, la Région PACA, la Ville de Nice, le CIRM, l’Institut d’Etudes Supérieures en Danse Off Jazz ( Nice), le Centre Culturel Voce et la Casa Musicale de Pigna (Corse).

 

Dernière création:

 

2015:  "Meltem" pour le festival "les Musiques" du GMEM à Marseille le 6 mai.

 

Projets actuels :