Rythmes d' Auprès | 2005


RYTHMES D'AUPRES

2005

 

Pièce pour un comédien et une flûte basse

 

Conception

 

Musique: Patrick Marcland

Mise en scène : Laurence Marthouret

Poésie: Dominique Le Buhant (éditions AREA)

Interprétation

Poèmes : Malo de La Tullaye

Flûte basse : Odile Renault

 

Création avril 2005 

(Palais du Tau, à Reims)

 

Les rythmes d'auprès sont un recueil de poèmes du grand poète et essayiste Dominique Le Buhant, décédé en 2004. Il m'avait demandé il y a deux ans d'écrire une musique destinée à accompagner ses poèmes en vue d'un CD à paraître. J'ai longtemps hésité et cherché le ton juste pour l'écriture de cette partition que je voulais tel un écrin, ou lutrin, sur lequel puisse reposer les mots du poète. Il ne s'agissait évidemment pas d'une mise en musique de ses poèmes. Il ne pouvait pas non plus être question d'un de ces habillages sonores sans saveur du monde de l'audiovisuel dont le seul mérite – parce que l'on ne les écoute pas- est de ne pas déranger. J'ai donc brodé autour des textes une sorte de commentaire musical volontairement en retrait, mais dont la logique poétique pouvait humblement s'approcher au plus près – auprès- de l'art d'extrême sensibilité et précision de Dominique Le Buhant,  " …au cœur du langage conscient, progressif, retenu".

                                                                                      

                                                                    Patrick Marcland

                                                                                                                                                                                                                  

A Propos de la mise en scène

 

Etre au plus près d’un rythme organique, d’une respiration fluide, où la voix du comédien va se mêler à celle de la flûte sans avoir peur d’y être engloutie.

 

Etre dans une écoute des mots du poète, une voix qui vient  d’ailleurs, pas forcée mais qui nécessite une attention, presque une suspension de notre propre respiration de spectateur.

 

Etre pendu à la bouche du comédien, se délecter des mots, être dans l’attente, dans l’écoute.

 

Laisser résonner  le texte dans l’espace, dans le corps, se laisser prendre, emporter ailleurs…

 

Une mise en scène où le moindre geste entre en résonance avec la moindre note musicale et le moindre mot du poète, où le mouvement, ou bien le non-mouvement, aurait toute sa force dans cet univers poétique créé par Dominique Le Buhant et Patrick Marcland.

 

                                                                                       

Laurence Marthouret